1717 . sous la domination britannique aux indes, la piraterie restera-t-elle leur liberté? {minimum; quinze-vingt lignes}
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.

Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Lun 13 Avr - 22:26

Spoiler:
 


Dernière édition par Evelyn B. Tallis le Sam 18 Avr - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Lun 13 Avr - 22:29


HEY LADY, SHUT UP !


Nous _avons-' _toujours _joué tous _les _deux.
Le premier qui arrive à oublier l'autre à gagner.




Give us more informations. *
tocs, manies, particularités, dépendances ?


• S'effleure les lèvres du bout des doigts. Ne cherchez pas de sens caché, ni de raison, il n'y en a aucune. Ou peut-être bien. Qui sait ?
• Se mord la lèvre inférieure quand elle est gênée. Ou pas.
• Sur toutes les informations qu'elle veut bien vous donner sur sa personne, une seule sera un mensonge.
• Appelle très rarement les autres par leur prénom.
• Quand elle s'ennuie, elle fait du bruit. Avec ses ongles, lèvres, jambes...
• N'a bois jamais qu'un seul verre d'alcool. Minimum deux ou aucun. C'est un principe comme un autre.
• Garde toujours un paquet de carte sur elle, et toujours le même. Ce sont ses cartes, et n'essayez de les lui voler. Malgré qu'elles les aient acheté à 2 cens dans un bordel, elles ont une valeur inestimable pour Evelyn.On aime le jeu où ne l'aime pas.
• Mange très peu, et très lentement.
• Ne dors jamais chaque soir au même endroit (même si elle ne sort pratiquement jamais de Tortuga).
• Achète tout ce qui peut bien lui plaire.
• Voue un culte à la littérature. Elle aime lire et écrire depuis toute petite.
• Les mots tels que "Ta geule", "Merde", "Putain" et toutes les variantes sont des mots qu'elle utilise au quotidien. Ce sont pour elle des signes de ponctuation, qui donnent à une phrase un sens particulier. Ne soyez donc pas étonné si elle vous dit un jour: "Merde, comment tu vas ?"
• Petite, on l'a catalogué dans les enfants surdoués. Maintenant, on l'a qualifie d'immature.



Dernière édition par Evelyn B. Tallis le Sam 18 Avr - 17:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Mar 14 Avr - 22:30


please, tell me some things

▬ Puisque je suis vouée aux enfers, autant que je m'amuse et que je fasse de ces vies plates et sans envergures une telle partie de jouissance et de plaisir que les dieux eux-même en seront jaloux de nous voir ainsi toucher avec impénitence la douceur exquise de l'interdit.»

Who is she really ?


    « Nom : tallis. anciennement calyster.
    « Prénom(s) : evelyn briony.
    « Surnom(s) : evie, lyn, ou simplement b.
    « Âge : 20 ans. la jeunesse est précieuse.
    « Date de naissance : 14 mars 1697.
    « Signe astrologique : poisson. un signe ?
    « Lieu de naissance : birmingham, angleterre.
    « Nationalité : anglaise. british, si j'ose dire.
    « Origine ? : assez compliqué. si on se fit à l'apparence physique de la jeune fille, elle n'a pas que du sang irlandais dans les veines. en effet, elle est fille d'une irlandaise et, officiellement, d'un anglais pure souche. sauf que, son père n'est véritablement pas celui qui, 20 ans auparavant, aurait passé la nuit avec briony mchenry. nous verrons cela en profondeur plus tard, voulez-vous ?
    « Statut civil : célibataire. quelle autre plaisir que la liberté en elle-même ? pourquoi les femmes ne pourraient-elles pas, comme les hommes, changer de partenaire de couchette chaque nuit ?
    « Richesse : dans la moyenne. mais disons qu'on ne peut pas vraiment juger. evelyn passe du statut de mendiante en nouvelle riche en moins de 3 jours.

    « Rang voulu : looking for the devil is like running to me
    « Avatar : mila kunis (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Ven 17 Avr - 23:55



Story of your life. *
Peut-on qualifier sa vie de compliquée à cause d'un seul acte regretté ? - et regrettable -.
A moins que la complication devienne vitale.


    (c) sulky
    æ CHAPITRE PREMIER.

    Le soleil était seul dans le ciel. Il régnait sur la région, réchauffant la terre de l'hiver passé. Il était très rare que ce rare beau temps ne soit pas accompagné de malheurs, et pourtant, rien ne sembler prévoir une horreur particulière ce jour-là. La grande maison blanche avait enfin les volets ouverts, et toutes les portes semblaient vous supplier d'entrer. C'était un tableau comme il y en avait des rares chez les Calyster. Le vent, doucement, faisait danser les pétales des cerisiers en fleur et certaines même s'envolaient. On aurait dit qu'il neigeait.
    Quelques mètres plus loin, on entendait la vieille fontaine cracher de l'eau en une cascade effilée, tandis qu'une gamine de huit ans s'était assise sur son rebord. Elle avait un livre sur ses genoux dénudés, qu'elle lisait à voix basse, les yeux vagabondant de lignes en lignes, semblant chercher un mot particulier. Au fil des pages, son regard s'affola, et finalement, la petite brune jeta le livre loin d'elle, exaspérée. Elle poussa alors un soupir avant de plonger ses pieds nus dans l'eau glacée et d'éclabousser les insectes voletant autour d'elle. Les insectes, elle n'aimait pas ça.


    - Evelyn ? chantonna une voix visiblement assez éloignée de l'interpellée. Chérie, c'est l'heure de tes cours avec Tante Cécilya !

    La petite fille se redressa subitement. Ces cours, elle les détestait plus qu'autre chose ! Apprendre à se tenir correctement à table, à vanter les qualités de ses hôtes et autres frusques de noblesses et d'aristocraties la barbaient au plus haut point. Pourquoi fallait-il que cette vieille peau trop parfumée vienne gâcher cette après-midi ?
    Evy, les sourcils froncés, réfléchissait à un échappatoire possible. Simuler le mal de ventre ? Non, elle l'avait déjà fait hier et cela n'avait pas marché. Il n'y avait qu'une seule solution: fuir. Tandis que la petite retirait ses pieds de l'eau, elle vit se dessiner la silhouette de sa vieille tante, visiblement énervée, se diriger tout droit vers elle et piailler comme une oie atrophiée des immondices auprès d'Evelyn. Celle-ci se mordait la lèvre supérieure, ne sachant que faire. Elle était sûre de gagner sa tante à la course, mais comme elle l'avait vue, elle risquait de se faire sévèrement punir le soir venu.
    La gamine lança un regard affolé vers le sous bois, puis vers sa tante. Le choix fut vite fait. Elle sauta du rebord de la fontaine et commença à courir dans l'herbe tendre, pied nu, telle une fugitive voulant trouver refuge dans une sombre forêt. Tandis qu'elle continuait sa course, elle entendait son bourreau crier à l'aide. Evelyn, soulagée et amusée, continuait son ascension vers les arbres touffus. Mais elle ne fit pas attention à la racine qui dépassait du sol, et son pied s'y accrocha. Ne pouvant se retenir, la brune tomba lourdement dans la boue, écorchée aux coudes et aux pieds. Les larmes lui vinrent aux yeux, et ses parents la rattrapèrent rapidement, suivis de Cécilya. Evy ne chercha pas à se relever, elle se retourna juste, pour voir sa mère accourir vers elle et poser ses yeux émeraude sur sa fille qui pleurait maintenant à gros sanglots.


    - Evy ne pleure pas, ce n'est rien, tu n'as que des égratignures. Alors arrête de faire ton enfant et excuse toi auprès de Tante Cecilya. S'il te plait.
    Elle ne comprenait donc rien ?.
    - Mais c'est pas pour ça que je pleure maman ! J'ai même pas mal. répondit-elle, à moitié étouffée entre deux sanglots.
    - Alors pourquoi pleures-tu ?
    - Parce-que je veux pas être une fille !
    La Tante laissa entendre un hoquet de surprise et d'indignation avant de marmonner dans son coin Dieu seul sait quoi.

    - Dans les contes, les filles sont toujours enfermées dans les châteaux et ont toujours besoin d'aide. Elles sont dépendantes et ne font rien de leur vie à part le ménage pour le Prince Charmant ! Lui, il vit toutes les aventures et il est libre de faire ce qu'il veut ! Il n'est pas obligé de savoir faire la cuisine, de faire le ménage, d'accueillir des invités, d'être toujours bien coiffé, de mettre des robes qui grattent ou de sentir le parfum !
    - Mais chérie, regarde-moi ! Je suis heureuse et comblée ! Je n'ai pas besoin de sentir la transpiration pour être libre, ni de combattre des dragons pour vivre des instants magiques !
    - Arrête de me mentir maman ! Tu n'es pas heureuse ici à faire la bonniche d'un coincé que tu n'aimes pas !

    Evelyn ne pleurait plus. C'était la rage qui faisait trembler sa voix. Sa mère avait les yeux écarquillés, affolée et muette. Puis elle leva soudainement sa main droite, prête à gifler la gamine insolente, mais rien ne se passa. Et ce jour-là, Evelyn fut dispensée des cours de Tante Cecilya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Lun 20 Avr - 19:22


      sulky

          ▬ tu n'es pas très nette ma mignonette
          mais crois moi j'ai vu pire. »


    æ CHAPITRE SECOND.
    'quand les arbres ont grandis et des idées de grandeur germées dans les esprits.'

    - Elles arrivent ! chantonna l'adolescente, les yeux rivés sur la calèche qui s'approchait du domaine, visiblement bondé de jeunes filles en fleur piaillant et gloussant d'excitation.
    Patiemment, Evy attendit ses amies sur le bord du chemin, les mains croisées dans le dos. Son père s'approcha d'elle et lui murmura deux ou trois mots qu'elle même ne comprit pas. De toute manière, elle s'en fichait.


    - Bon, je vous laisse sous la surveillance Mme Rivery. Et pas de bêtises Evelyn. lança-t-il avant de disparaître de leur champs de vision.
    La jeune Tallis hésita à lui tirer la langue ou cracher en sa direction. Mais la dernière fois qu'elle avait fait ça, ce ne s'était pas très bien terminé... Et puis aujourd'hui, il la laissait enfin tranquille, alors mieux valait mettre ces folies de côté pour l'instant.
    On ouvrit alors la calèche blanche, d'où sortirent instantanément quatre jeunes filles, joliment coiffées et habillées. Elle avait toute dans leur main un colis propre et natté. Evelyn leur lança un sourire mutin, puis leur demanda aimablement de bien vouloir la suivre jusqu'à la chambre dans laquelle elles seraient contraintes de passer toute leur soirée.
    Mais malgré ce jeu de scène professionnel, ces sourires intelligemment dissimuler derrière leur blond cheveux, Mme Rivery semblait suspicieuse. La nourrice marchait avec les adolescentes, surprenant le moindre mouvement arrogant ou déplacé. Ces jeunes filles avaient un air de retenue qu'elle ne ménageait pas.
    Le groupe arriva rapidement devant la somptueuse porte en chêne sombre. Ici s'arrêtait le travail d'escorte de la nourrice qui devrait ensuite garder patiemment cette même porte pour s'assurer que les cinq filles ne sortent pas de leur pièce. Mme Rivery avait également le droit d'écouter et de regarder par la serrure, mais elle se résigna à une telle traitrise. Elle se contenterait de surveiller les sorties.


    - Allez-y, entrez. énonça poliment Evelyn, se mordant les lèvres pour ne pas éclater de rire. Et merci madame Rivery !
    Une a une, Joanna, Elisa, Lily et Ceres entrèrent dans la vaste chambre à coucher. Le papier peint était rouge foncé, et les meubles d'un bois sombre et épuré. L'ambiance était chaude et accueillante. Dommage que les jeunes filles n'y passent pas plus de temps.

    - Enfin ! soupira Joanna. J'eus peur que ton garde du corps ne nous suive aussi pour partager cette soirée avec nous.
    - Moins fort Jo' ! répliqua Evelyn. Pas de temps à perdre les filles, vous avez vos robes ? Elles acquiesçaient en tapotant leur colis. Mais Lily souriait d'une manière étonnamment mystérieuse.
    - J'ai encore mieux que de simples robes. son sourire s'élargit à nouveau.
    - Tu as réussi à les prendre ? Oh Lily t'es géniale !

    - Eh Ceres, c'est qui qui prend le risque de faire ce qu'on va faire dans sa propre maison ?

    - T'inquiètes pas Evy, t'es tout aussi géniale.

    - Moi j'dis qu'elle est tarée, c'est tout. répliqua Joanna dans un sourire. Est-ce qu'à ce niveau là la folie devient génie ?
    - La ferme les filles, venez plutôt voir mon butin !


    Les belles adolescentes se jetèrent sur le lit à baldaquin, tandis que Lily vidait son sac sur la couverture. A moment même où le premier tube de rouge à lèvre tomba, les yeux des jeunes filles se mirent à briller, comme hypnotisée par ce joyau bénit du ciel. Mais il n'y eu pas que de la peinture pour la bouche... Du fard blanc trop épais, du rouge pour les joues, du crayon pour l'œil. Toute cette mine d'or était à la portée de leur main, mais Evelyn fut la première à se saisir d'un des précieux. Les autres accueillirent son dévouement en silence, obnubilées, excitées mais à la fois craintives. Y avait-il une malédiction pour les jeunes impudentes touchant à ses outils du diable avant l'âge ?
    Tremblante, la jeune Tallis attrapa le tube rouge sang. Doucement, elle dévissa le bouchon, puis le posa délicatement sur le lit. Elle était incroyablement concentrée et ne détachait pas son regard du précieux flacon. Lentement, elle porta le cosmétique à ses lèvres et sentit la pâte rouge se coller à sa bouche. Ses amies retenaient leur souffle, les yeux ronds, attendant le dénouement final...


    - Evy tu es...
    - T'as débordé. trancha froidement Lily, apparement jalouse de ne pas avoir été la plus courageuse. Elle tendit alors le miroir à Evelyn qui le saisit tout aussi brutalement.
    - Oh. Ca... Change. dit-elle, émue par sa transformation soudaine en femme, avant d'effacer le surplus d'un revers de manche. Bon alors vous attendez quoi ? Je ne veux pas être la seule à être sensuelle ce soir.
    Sa dernière phrase fut accueillie par la surprise de ses copines de frivolités. Effarées, elles hésitaient à crier au scandale ou cacher leur indignation.

    - Nom de Dieu les filles ! décoincez-vous ! Ce soir, on fait ce qu'on veut, on dit ce qu'on veut. Être distinguée ? Au diable !
    - Elle a raison. Tout ce protocole et ses faux-semblants, au feu ! Soyons désinvoltes, folles, dégénérées ! Au moins pour une soirée
    .

    Le feu avait pris, et les cinq jeunes petites filles sages se métamorphosèrent sous l'éclat de la lune. Mais ce fut une histoire différente de celle des bêtes sauvages de la forêt. Elles ne devinrent pas repoussantes, poilues et sanguinaires. Oh non, bien au contraire. Leurs cheveux étaient défaits et tombés en boucle emmêlés sur leur épaule jusque dans leur dos. Leurs lèvres étaient rouges. Trop rouges. Leurs yeux soulignés d'un très noir gras. Trop gras. Trop noir. Leurs joues étaient rosées. Juste assez. Leur robe était trop grande, mais trop courte tout de même. Il y a avait beaucoup de froufrou. Trop. Leur robe était rouge, noire. Trop.
    A ce moment là, elles n'avaient plus l'air d'avoir 15 ans. Elles en avaient bien 20. L'âge pour boire, pour sortir le soir, pour être 'tranquille' selon elles. Quelle bêtise !

    Après avoir passé près d'une heure à rire, à pouffer tout en ce maquillant jusqu'à trop, à se coiffer comme les femmes qui sortent des bars au bras des hommes, à s'habiller avec les robes coquines que cachent leur mère dans leur placard... Les adolescentes firent silence en se contemplant dans le miroir, choquées par elle-même, mais terriblement fière de leur soudaine beauté féminine. Elles étaient soudainement devenues fortes, belles, puissantes, reines.
    C'est tellement... bon.


    - Je ne me reconnais pas. brisa Elisa. Visiblement la plus terrifiée par cette histoire.
    - C'est vrai qu'on est diablement attirante.

    Elles gloussèrent à nouveau, la bouche ouverte. Toute leur éducation semblait s'être envolée ce soir là, et on aurait pu croire qu'elles n'avaient jamais été autre chose qu'une fille dure, vulgaire, bruyante et trop maquillée. Mais elles s'en fichaient, de paraître de mauvaise réputation. C'était leur jardin secret, une forme de libération libertine.

    - Il faut qu'on sorte. Qu'on se montre. Qu'on s'amuse encore plus.
    - Tu es folle ! Jamais je ne sortirais ! En plus il fait nuit, et de toute façon Mme Rivery garde la porte.
    - Pff. Arrête Elisa.
    - Et si on nous voyait ?
    - On ne nous reconnaitrait pas !
    - Je répète: c'est de la pure folie et en plus on ne peut pas sortir d'ici.

    - Et la fenêtre ? Evelyn avait toujours de très bonnes idées...
    - Faites ce que vous voulez filles, mais moi je reste là.
    - Moi aussi.

    Après quelque seconde de silence total, Evy brisa la glace et soupira. Cérès et Elisa étaient comme ça, on ne pouvait leur en vouloir. Mais Joanna et Lily étaient, elles, toujours partantes, et il n'était pas question de tirer un trait sur cette folle escapade nocturne juste à cause de deux filles trop propres sur elles. Sans leur adresser plus qu'un regard, les trois revêches s'enfuirent telles des voleuses par la grande fenêtre à volets bleus. Habilement, elles rampèrent le long du mur de brique en s'accrochant au lierre et au rosier grimpant sur le mur.


Dernière édition par Evelyn B. Tallis le Dim 3 Mai - 18:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyn B. Tallis

avatar

Féminin ▬ AGE : 23
▬ LOCALISATION : partout et nullepart à la fois. je suis le mur derrière toi, et j'entends tout. je sais tout.
▬ AGE EN JEU : 20 ans. ou pas. qui le sait vraiment ?
▬ HABILITIES : Soyez proche de vos amis mais soyez le encore plus de vos ennemis
▬ CAMP : — qui s'en préoccupe?
▬ CITATION : uc

« under your mask ...
● EMPLOI:
● NOTE BOOK:
● CARNET D'ADRESSE:

MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   Ven 24 Avr - 12:39

Hep; j'ai lu la newsletter **
je compte finir ma fiche cette semaine, mais là elle est casi toute écrite sur feuille. Il faut que je recopie TT
Voila *_*

EDIT; pas eu l'teeemps u_u' j'ai passé mon week_end aux magasins, et à la maison préparer ma valise. Pourquoi ? je pars une semaine, dieu seul sait où .__.
je reviens samedi prochaiin ! ne m'oubliez pas n_n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.   

Revenir en haut Aller en bas
 
maybe i'm really... free ? - Evelyn Briony Tallis.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Drama Caribbean Life* :: HORSrpg••«au commencement il y a la fin» :: SAILOR'S REGISTER . » :: « under construction; with you? »-
Sauter vers: